Citadine, mais ayant grandi en pleine nature, mon questionnement tourne autour du quotidien. J'ai commencé en 2019 à dessiner des personnages sur les vitrines de mon quartier, le but était à l'origine de motiver les parisiens à se mettre au vélo. Je leur ai donné des têtes d'animaux, afin que chacun puisse se reconnaitre grâce à  son animal totem plutôt que par son physique. Je continue actuellement le dessin sur vitrines, et place en parallèle des toiles nomades, ou des fresques, dans une optique de sensibilisation à l'environnement et aux rapports sociaux.